Lieux-dits évocateurs d'histoire antique

               

 

Comme pour toutes les Communes, le territoire de Saint Marcel a très tôt été irrégulièrement divisé en un grand nombre de petits cantons ou lieux-dits désignés par des noms dont on a perdu l'origine et le sens .

 

Ces parfois très vieux noms ont eu un sens et ont exprimé les particularités des lieux auxquels ils se rattachent .

 

Parfois, encore de nos jours, ils sont repris au Cadastre et sont devenus des noms propres, au même titre que les noms des villes et les noms de famille d'ailleurs .

 

Pour la plupart, ils sont d'origine gauloise ou celtique, un petit nombre est dérivé de la langue des Romains et on ne trouve pas, ou presque pas, de trace de la langue teutonique des Francs et des Bourguignons, ces derniers venus s'étant lentement fondus dans l'ancienne population et ses coutumes .

 

Il est utile de préciser qu'au fil du temps ces noms de lieux ont parfois subit d'importantes altérations .

 

Ainsi, et à titre d'exemple, prenons le cas de celui des «  Arches de Villaux » qui a donné son nom encore en cours à l'une des rues de Cemboing et qui, déjà avant le Cadastre Napoléonien de Saint Marcel était devenu « Les Ages de Villot » puis « Le Trésor » dès que des pièces d'or romaines y ont été découvertes .

 

Il apparaît que ce lieu où, rappelons le, se soudaient deux voies romaines, l'une venant de Port Sur Saone et l'autre de Jussey en direction de Voisey, abritait un établissement composé sans doute de plusieurs villas et d'arches (constructions architecturales d'un pont, de caves voûtées ou de clôtures de la ou des villas ) et qu'à Saint Marcel l'orthographe de « Villaux » était devenu «  Villot » ( hameau, village, … ) et « Arches » devenu « Ages » par suite d'altérations sans doutes successives nées de l'oubli du sens premier ou en raison de la présence de points d'eau ou fontaines ( « Ages «  ).

 

Ces noms sont donc bien évocateurs des particularités antiques des lieux qu'ils définissent et donc de leur histoire .

 

On trouve ainsi des noms :

 

exprimant la position, la configuration ou la nature des terres :

-Demoingevau, Demouge-Vau ( Vau : val )

-Combe et son diminutif Combotte ( dépression du sol à la terre généralement fertile )

-Côte d'Enfer ( désigne un endroit escarpé )

-Herbues ( endroit assez fertile avec des engrais et amendements )

-La Côte, Sous la Côte ( endroit placé sous une colline )

-Sous la « Bridelle » ( au pied de la Bridelle )

-Montant ( en dévers )

 

relatifs aux eaux:

-Age ( fontaine, source, puits )

-Riotte, Ruotte ( ruisseau )

 

dérivés des forêts qui couvraient le lieux

-Chanée ( forêt de chênes )

-Essarts ( terres mises en culture après défrichement )

-Bois là-haut, Bois là-bas

-Charmot ( forêt de charmes )

 

de terres d'après les plantes qui y dominaient

-Rosières ( lieux autrefois couverts de roseaux )

-Millery ( lieux couverts d'épines )

-Paule ( endroits clos de palissades destinées à protéger les héritages )
-Danvion : ce nom s'applique ordinairement à des vignes.

 

indiquant des lieux ou l'on trouvait des parcs, des clos, des vergers, des jardins, etc …

-Closey, Closé, Petit Closey (espace entouré de murs, de palissades ou de haies )

 

divers donnés aux prés

-Pralé, Praley (pré, prairie )

-Etrapeux ( terre abandonnée )

-Pré aux Prêtres ( terre ou prairie à l'origine propriété du clergé )

 

relatifs à la délimitation et à la configuration des terres

-Rondé ( endroit à la forme courbe )

-Roussey ( monticule )

 

donnés aux terres arables d'après leur condition, leur état, le mode de culture, leurs produits, leur qualité, etc ...

-Planches ( terres vagues peu fertiles généralement en friche et situées sur des coteaux )

-Petites Planches

-Maupas ( lieu maudit )

-Chantereine ( orge cultivée autrefois )

 

relatifs aux animaux qu'on y rencontrait

 

relatifs aux habitations

-Grange ( bâtiment de stockage des grains et fourrages, maitaierie ou ferme isolée )

-Valotte ( villa, maison de campagne, ferme isolée )

-Derrière Valotte

 

donnés aux terres à l'occasion d'ouvrages de l'homme, de constructions, etc …

-Arche ( construction architecturale, porte, voûte )

-La Mine ( lieu d'extraction de minerais et pierres )

 

relatifs aux édifices et droits féodaux

-Châtelet ( petit château )

-Aleux ( bien provenant d'un héritage, et franc de toute redevance )

-Corvée ( pièce de terres que les vilains devaient cultiver au profit du seigneur)

 

relatifs aux édifices religieux et lieux de sépultures

-Grosse Pierre ( stèle antique, dolmen, etc … )

-Relique ( reste sacré, chapelle, croix, etc ….)

-Maladière ( lieux ou étaient  "séquestrés " puis enterrés les pestiférés et autres victimes des épidémies )

 

relatifs aux batailles et événements remarquables

-Le Trésor ( relatif à une riche trouvaille )


relatifs à l' origine de propriété des terres

-Pré Aux prêtres

-Cornot ( domaine de Cornius, ce patronyme étant d'origine gallo-romaine ) 

 

D'autres noms de lieux-dits, mais à la signification moins directement explicite, et tels que par exemple Tireveaux, Champ du Ratey, Voinchère, Chandoz, La Grise, Cherche, etc … mériteraient sans doute d’être étudiés pour en retrouver le sens premier et en apprécier ainsi la valeur de leur évocation du passé du village.

Lieu-dit " Derrière la Cour " : la Cour était habituellement le nom donné à un espace découvert et généralement entouré de murs qui dépendait d'un seigneur ou d'une institution importante, ce qui fut le cas du prieuré. Baptisées " Derrière la Cour ", les terres situées à l'entrée du village en venant de Jussey doivent donc ce nom à leur position par rapport au prieuré.   




Créer un site
Créer un site